Syndicat
  des
  Journalistes

  


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Formation des journalistes

Formation initiale : les écoles

Quatorze écoles sont actuellement reconnues par la profession. Instruite par la CNPEJ, puis validée sous forme d'avenants à la Convention collective des journalistes par les partenaires sociaux, cette reconnaissance est désormais révisée tous les cinq ans, et ne concerne plus que le cycle de formation initiale de l'école. Les étudiants diplômés de ces écoles bénéficient d'une réduction d'un an de stage pour leur carte professionnelle, du statut d'étudiant pendant leur scolarité...

La CPNEJ a refondu en 2001, puis en 2008 l'ensemble des critères pris en compte pour cette reconnaissance.

Texte officiel des critères de reconnaissance des écoles par la profession (Document pdf)

Liste des écoles reconnues par la profession

A noter toutefois que moins de 20% des journalistes professionnels sortent de ces écoles de la profession.

  

Formation continue

Vos droits

La formation continue est un droit pour tout salarié, depuis la loi de 1971.
Mais selon le statut et le cadre choisi pour le financement, les modalités d'accès peuvent être très différentes.

1- Salariés en CDI

- Plan de formation : géré pour tout ou partie dans l'entreprise, il fait l'objet chaque année d'une concertation avec le CE ou les représentants du personnel. L'entreprise doit consacrer au moins 1XXXX% du montant de sa masse salariale à la formation continue. Les formations peuvent se dérouler dans l'entreprise (intra) ou dans tout centre de formation (interentreprises).
Les besoins individuels peuvent donc être pris en compte.

- Congé individuel de formation : géré obligatoirement dans un organisme mutualisateur, il est destiné uniquement à répondre aux besoins individuels des salariés, sans lien obligatoire avec les besoins de l'entreprise.
C'est le salarié qui fait lui-même la démarche de contact avec l'OPCA dont il dépend, monte son projet et choisit son prestataire de formation. Son salaire est le plus souvent pris en charge par l'OPCA pendant son absence de l'entreprise.

2 - Salariés en CDD

- Plan de formation : les salariés en CDD a accès normalement au même budget que les salariés en CDI. En fait, il ne sont que rarement considérés comme prioritaires, dans le cadre d'un budget évidemment limité.

- Congé individuel de formation : même fonctionnement que pour les CDI, mais il fait l'objet d'un financement spécifique, et le salarié garde le bénéfice de ce droit pendant un an après avoir cessé de travailler pour l'entreprise.

- Contrats de qualification (jeunes ou adultes) : il s'agit de contrats de travail spécifiques, considérés comme CDD, pendant lesquels un certain nombre d'heures de formation est financé. (Pour les journalistes, 800 heuresXXXX????)
Le salarié est rémunéré seulement sur la base d'un pourcentage de la grille professionnelle pour la catégorie de presse concernée, mais il est absent en moyenne une semaine par mois de l'entreprise, pour suivre sa formation. L'entreprise bénéficie aussi de l'exonération d'une partie des charges sur les salaires.
A noter qu'il n'ya plus de limites d'âge pour bénéficier de ce dispositif.
Organismes dispensant des formations pour les contrats de qualification de journalistes : le CFPJ, l'IPJ, l'École Multimédia et l'ESJ-Paris.

3 - Pigistes

Les pigistes réguliers sont considérés comme étant en CDI. Les autres en CDD. Cependant, les fonds du plan de formation leurs sont bien souvent fermés. Ils sont, de fait, réservés aux salariés permanents de l'entreprise. Ce qui n'empêche pas les pigistes de bénéficier d'un congé individuel de formation (Voir ci-dessus). Mais avec ou sans maintien d'un salaire... La négociation des modalités de rémunération avec une entreprise est donc très importante.
Les pigistes et Médiafor --> lire...

4 - Les journalistes demandeurs d'emploi

Les journalistes au chômage ou les pigistes travaillant, mais inscrits comme demandeurs d'emploi, peuvent bénéficier de formations dans différents organismes. Les financements sont assurés par l'État ( Voir le CNRJ, centre national de reclassement des journalistes, antenne spécialisée de l'ANPE), la région (Tél. : 01 53 21 80 51) ou pour partie par les fonds sociaux dess Assedics, des mairies, des caisses de retraite... Voir aussi les centres de formation qui assurent ces stages.

Les financements

MEDIAFOR

Médiafor est l'OPCA (Organisme Professionnel Collecteur agréé) de la presse écrite. Créé par un accord professionnel en 1994, l'organisme est géré paritairement par les organisations patronales de la presse et les différents syndicats de journalistes.

Pour la CFTC, deux représentants siègent au conseil d'administration.
Dans chaque section de gestion des fonds, "section presse parisienne", "section presse en région", "section presse magazine", "section agences de presse", et "section des entreprises de moins de dix salariés", deux autres représentants de la <CFTC siègent régulièrement. (Représentants CFTC)
Pour plus de détails sur Médiafor, cliquez ici

AUVICOM

Auvicom est l'OPCA de l'audiovisuel public. Créé également en 1994, il est géré par un conseil d'administration auquel siège la CFTC. (Représentants CFTC)
Exemples : RadioFrance, France Télévision, La Cinquième, Arte....
Pour plus de détails sur AUVICOM, cliquez ici

AFDAS

C'est l'OPCA du spectacle et des professions iointermittantes. Il gère aussi les fonds des journalistes de l'audiovisuel privé. (Représentants CFTC)

Exemples : TF1, Canal+, les chaines privées cables ou satellites, les maisons de productions audioviosuelles...
Pour plus de détails sur l'AFDAS, cliquez ici

 

 

 

 

 

 
FAQ